Je m’appelle Halibu, c’est le prénom qu’on me donne. Je suis obligée de garder celui là, c’est le prénom que mes parents m’ont donné donc je le garde. J’habite à Witto, je suis en 4e j’ai 13 ans, bientôt 14.

Cette ville est assez énervante, les gens sont tous sur leurs portables, on voit tout le monde aller chez le médecin juste pour se soigner une piqure de moustique… ce sera toujours électronisé. Je suis arrivée d’un coup : je suis revenue du Japon car j’entendais des voix partout. Je suis venue ici grâce à une soute de baggage dans un avion. J’ai des parents adoptifs dans cette ville et mes vrais parents doivent pêtre au Japon s’ils ne sont pas morts. J’ai quelques souvenirs de ma mère, mon père était souvent au travail et occupé par son boulot, je pense que je n’existais pas trop pour lui.

Au Japon j’étais assez enfermée dans ma chambre. Je devais avoir 4 ou 5 ans. J’ai peu de souvenirs. Je sais que ma mère avait de grands cheveux noirs.

Je préfère ne pas rester devant la télé et lire. Je vois pas l’intéret de regarder des émission. Je lis plus des livres sur les plantes que des livres fantastiques ou des romans. Je pourrais me nourrir avec des plantes, j’aiemrais le faire. J’ai beaucoup de livres pour tout m’expliquer et j’ai un livre ou je note les idées principales.

Je vois pas à quoi ça servirait de passer du temps pour se divertir avec un garcon. J’ai quelques amis mais je ne pense pas qu’ils fassent beaucoup attention à moi. J’ai l’impression d’être invisible à leurs yeux. Mais c’est pas comme s’ils comptaient beaucoup dans ma vie non plus. Je les connais de récréations ou de travail qu’il fallait faire en groupe.

J’avais un ami avant, Mattéo.  Je ne sais pas où il est maintenant, je ne l’ai pas vu depuis longtemps.. 2 ans après mon arrivée. J’ai une photo avec lui. C’est lui qui m’a fait découvrir les plantes, c’est lui qui m’a dit qui j’étais. Il m’a dit comment se soigner… Il me manque parfois, pas beaucoup, de temps en temps.

Ma couleur préférée ce sont quelques noirs, des couleurs sombres. Je ne vois pas qu’est ce qui pourrait ne pas m’énerver en fait. Pour que ça s’arrête la seule chose que je pourrais faire c’est partir.

– La vidéo est réservée aux participants des ateliers –

Publicités