Je profite de l’ouverture du blog et de la découverte de la ville de Witto pour vous présenter un auteur qui selon moi fait écho aux thèmes abordés : Alain Damasio.

Je pensais à lui à cause des thèmes de résistance et de révolte qu’il aime par dessus tout mais surtout parce que pour lui le changement vient avec les mots et l’imaginaire qui peuvent l’emporter sur tout système qui veut limiter l’individu.

« D’un auteur qu’on aime, on ne se souvient pas forcément des plus beaux textes. Ceux qui restent vivants en nous le doivent à une affinité inexplicable avec certains rythmes furtifs qui nous traversent. Quand ils surgissent alors ils forment comme une mise en son, comme une mise en souffle du passage. »

Chacun de vous évoque les portables omniprésents et oppressants dans la ville du futur, lui les a renommés les « onoto » : l’o(bjet) no(made) to(talitaire). A lire dans son article très politique dans le journal des inrocks.

« Je n’ai pas envie d’externaliser ou de déléguer ma puissance aux technologies de paresse. Je suis la première de toutes mes technologies : c’est mon corps et ma tête, et c’est mon émotion vivante. »

Je vous conseille particulièrement la nouvelle « Les Hauts®️ Parleurs®️ »  où le vocabulaire a été privatisé et où on vous demande des royalties si vous employez des mots propriétaires plutôt que le corpus commun forcément si pauvre qu’il vous interdit de développer la moindre idée. Dans ce monde, des espèces de poètes appelés les hauts parleurs réinventent le langage afin de passer au delà des limites du vocabulaire gratuit imposé par le système. Et tout commence… par la mort d’un chat ! o_O

« Debout. Ce qui te manque ne reviendra pas. Ne le cherche plus. Crée le. »

2015-10-aucunsouvenirassezsolide
Vous trouverez le recueil de nouvelles « Aucun souvenir assez solide » à la médiathèque.
Publicités